Clicky

LETTRE REMISE AU COMMISSAIRE ENQUETEUR (7/01/2009)

La TRANCHE PATRIMOINE
Association n° 085006694 agréée par arrêté préfectoral le 15 Septembre 2006
Siège social : 6 rue du Pourpier de Mer  85360 – La Tranche-sur-Mer
e-mail : latranche.patrimoine@club-internet.fr

Site : www.latranchepatrimoine.fr
Tél : 06 68 64 45 45

 Monsieur le Commissaire Enquêteur
Mairie de la Tranche
85000 – La Tranche-sur-Mer

La Tranche, le 7 janvier 2009

Objet : Commune de La Tranche-sur-Mer
Enquête publique "Le Sentier Littoral"

Monsieur le Commissaire,

Les membres de l'association La TRANCHE PATRIMOINE s'associent aux 367 signataires qui ont exprimé leur attachement à l'aménagement du sentier littoral prévu par la loi du 31 décembre 1976. Cliché n° 6.
Cette mise en valeur du front de mer tranchais, en donnant accès à tous à ce site exceptionnel apportera à la commune un atout touristique permanent en dehors de la période estivale.
Après étude du dossier présenté en mairie nous avons à formuler plusieurs remarques :
•    Sur la forme.
Nous avons été stupéfaits de constater que le trajet de ce sentier, motif principal de cette enquête, ait pu être modifié en cours d'enquête alors que le document officiel avait déjà été présenté au public. cf notre RAR du 23 décembre 2008.
•    Sur le fond.
Alors que la version censurée répondait à l'esprit de la loi littoral en suivant la limite entre le domaine forestier communal et la dune, sur le document substitué le sentier devient urbain empruntant l'avenue des Tulipes jusqu'à l'avenue Charles Chauveau, voie étroite déjà saturée par :
•    Le stationnement bilatéral des utilisateurs de la plage.
•    La circulation automobile et cyclable à double sens dont celle de nombreux enfants.
•    La traversée du parking Flandre Dunkerque et place des Camélias.
La saturation reconnue par tous ne permet pas d'envisager d'y adjoindre sur une aussi faible largeur un circuit piétonnier de 3 mètres à moins que l'ensemble des propriétaires du parc Clémenceau n'acceptent une circulation à sens unique. Cliché n° 1
Aucun obstacle juridique prévu par la loi ne semble pouvoir prétendre suspendre la servitude de passage. Il n'existe pas :
1.    D' installation militaire.
2.    D installation portuaire.
3.    De culture marine.
Sur ce site où l'O.N.F. a lui-même procédé en 2006 à l'abattage systématique des pins de la zone forestière, à l'origine d'une réaction d'incompréhension massive des Tranchais (Bulletin ASNEL Vendée Sud n° 25 de juin 2006 et La Tranche Magazine n° 42, article signé par Mr Loic ROHARD - O.N.F.), nous nous étonnons de l'énergie déployée par ce même organisme pour démontrer que cette bande littorale de 800 mètres, façade du parc Clémenceau, soit un gisement répertorié d'oyats, panicauts de mer, œillets de France et autres…
Si cet argument devait être retenu sur ce segment résidentiel comment envisager le passage du sentier littoral sur les secteurs de la Terrière, du Phare ou de la Belle Henriette gisements reconnus d'une faune et d'une flore remarquables.
La largeur de la bande disponible en avant des propriétés privées est d'environ 70 mètres (cf Clichés 2, 3, 4, et 5)
Le balisage d'un sentier canaliserait le flux piétonnier et ne peut que favoriser l'émergence des espèces végétales implantées.

Conclusion
A l'analyse de ces éléments, il apparaît que le tracé "modifié" - Cliché n° 7 - ne réponde pas aux critères définis par la loi mais plutôt à la satisfaction de privilèges particuliers au détriment du bon sens et de l'intérêt général.
N'aurait-il pas été plus cohérent de laisser les Tranchais choisir entre les différentes hypothèses envisagées ?
Nous vous demandons de bien vouloir prendre en compte nos remarques dans l'élaboration de votre rapport.
Avec nos remerciements anticipés, recevez, Monsieur le Commissaire, l'expression de nos sentiments les meilleurs.

Pour le Bureau
Bernard A. BODINIER      Marc PRIOUZEAU            Maurice DUGATS

Marcel BRUN              Daniel ROMEI

cliche 2 jpeg.JPG

Page 3 pdf jpeg.jpg

page 4 pdf jpeg.jpg

RSS

Photos