Clicky

Déferlantes de projets immobiliers a la Tranche sur Mer

FERME EQUESTRE à LA BELLE HENRIETTE

Maître d’ouvrage : Groupe LAMOTTE

L’assiette foncière du projet représente plus de 2 hectares

Belle Henriette.jpg

Ce terrain appartient au marais, à proximité de la lagune.

Ce secteur est éminemment protégé au titre d’une ZPS (Zone de Protection Spéciale) et d’une ZICO (Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux).

Le projet envisage 18 logements accompagnés d’un centre équestre et d’un équipement de restauration.

La Loi Littoral recommande de limiter l’urbanisation pour préserver les zones naturelles. Compte tenu de la qualité environnementale, on voit mal la poursuite de ce projet qui s’apparente plus à une opération immobilière avec restauration plutôt qu’à un village équestre.

La lagune de la Belle Henriette, fleuron de notre littoral sud Vendéen, est l’un des derniers espaces naturels encore soustrait à l’appétit des promoteurs.

Paradis des promeneurs, fréquentée par les chasseurs, traversée l’été par les baigneurs – campeurs – randonneurs, elle est là, superbe paysage lacustre et maritime,riche biotope marin hébergeant de nombreuses colonies d’oiseaux.

Elle est fragile, nous devons donc préserver ce patrimoine commun.

PROJET d’une RESIDENCE HOTELIERE

Avenue de l’Atlantique à la place d’une colonie de vacances (PEP 86) situé à 150m du rivage (proposition du Groupe LAMOTTE)

Il est envisagé, sur 7000 m², 2 bâtiments R+2 + combles, comportant 67 logements.

Le 19 octobre 2006, il est soumis à l’avis de la Commission Départementale des Sites.

Résultats : avis favorable : 0

abstentions : 2

avis défavorables : 14

En conclusion, il est demandé au pétitionnaire de revoir la densité et l’architecture de son projet, et de fournir un inventaire écologique précis.

PROJET GUICHETEAU en FRONT de MER

Sur l’ancienne annexe de l’Hôtel de l’Océan.

Hôtel Rêve 2006 Façade 2.jpg

En principe, il comporterait 10 logements locatifs, mais, malgré 5 réunions de travail, le projet n’est pas définitif.

Réunie le 7 novembre 2006, la "Commission D’Urbanisme" de La Tranche a jugé bon d’interroger Monsieur Le Préfet au sujet de ce projet.

 

Grande Plage 2.jpg

 

PROJET de Z.A.C

Zone d'Aménagement Concertée sur 68 hectares, groupant 4 zones.

Cette proposition ne semble pas soulever l'enthousiasme de la population.

 

 

Zac Nord.jpg

PROJET du LOTISSEMENT La CORBA

Sur un terrain de 26 000 m², proposition du Groupe LAMOTTE on prévoit 64 parcelles (R ou R + 1) avec voirie.

Il s'agit d'un MARAIS.

L’étude réalisée précise qu’on "devra s’attendre, en toute saison, à des niveaux d’eau proche de la surface".

On propose de construire des maisons sur des pieux de 20 mètres pour qu’elles puissent se comporter comme des "boîtes indéformables", nous n’avons pas relevé de proposition pour la voierie, mais il est indiqué qu’on devra s’attendre à des tassements.

Pour le raccordement des réseaux, on conseille des "joints souples".

Signalons que dans la partie ouest du projet, se trouve enfouie à environ un mètre, la seule conduite d’eau potable alimentant la commune.

Il est prévu que ce dossier soit soumis à l’avis de la Commission Départementale des Sites (son passage n’a pas été programmé avant la réunion du 21 décembre 2006).

Rappelons qu’à proximité de ce site, le projet du lotissement "le Clos des Salicornes" n’a pas obtenu un seul avis favorable lorsqu’il a été présenté à la C.d.S. les 8 novembre 2000 et 30 juin 2005.

PROJET d’URBANISATION en FRONT de MER

Proposé par "Bouygues Immobilier"

(48 logements avec 96 places de parking)

à la place de l’Hôtel du REVE

 

Hôtel Rêve 2006 Façade 1.jpg

Il nous préoccupe pour 4 raisons essentielles.

1 -Ce projet est surdimensionné dans une commune classée "zone basse" (R et R+1), exception pour les hôtels en R+2), déjà incapable d’assurer sa capacité d’accueil, (2540 habitants au dernier recensement, passant à plus de 100 000 habitants en période estivale).

Il est situé immédiatement en lisière de la plage dont il est séparé par un passage piétonnier.

A ce niveau, on se trouve face à deux risques :

- déferlantes en relation avec les tempêtes par vent de sud-ouest,

- manifestations sismiques épisodiques (la dernière datant de 35 ans).

Ces séismes pourraient engendrer des modifications du niveau de la mer avec répercutions sur le littoral.

2 - Le parking pose problème.

Une centaine de places "cuvelées" reposant sur des pieux d’une vingtaine de mètres, dans ce secteur urbanisé où la nappe phréatique ne se trouve qu’à 2 ou 3 mètres et dont le niveau varie selon les marées.

3 - On ne connaît pas de voie d’accès utilisable pour cet immeuble.

On propose la rue du Fonds Martin. Mais elle n’est pas conforme au règlement d’urbanisme de La Tranche.

Celui-ci précise, page 20, que les "voies d’accès devront ne comporter aucun virage d’un rayon inférieur à 11 mètres. L’article R111-4 prévoit que le permis de construire peut être refusé sur les terrains qui ne seraient pas desservis par des voies publiques ou privées dans les conditions répondant à l’importance ou à la destination de l’immeuble… notamment si les caractéristiques de ces voies rendent difficile la circulation ou l’utilisation des engins de lutte contre

l’incendie. Il peut être également refusé si les accès présentent un risque pour la circulation des usagers des voies publiques ou par celle des personnes utilisant cet accès. Cette sécurité doit être appréciée compte tenu de la position des accès, de leur configuration ainsi que de la nature et de l’intensité du trafic…"

Il ne faut pas perdre de vue que, l’été, entreront et sortiront les voitures d’une centaine de places de parking.

4 - Le projet n’est pas conforme au règlement du P.O.S.

En effet, cet immeuble qui n’est pas un hôtel, n’a droit qu’à R+1. Or, l’installation des combles habités sur les terrasses correspond à un second étage.

Pour conclure, cette réalisation, sur la côte sud de La Tranche, fera école à la manière d’une verrue contagieuse et entraînerait une modification de l’aspect de tout le front de mer.

 

Hôtel Rêve 2006 Façade 2.jpg

 

RSS

Photos